Bienvenue !

Bienvenue sur "Kutsushita 10" (ou Chaussette 2010-2012).

Ce blog, ou archive, fait partie d'un réseau de blogs de voyage écrits par votre Seigneurie, Moua, j'ai nommé Vivi, passionnée par l'Asie et l'écriture. J'ai séparé mes voyages par années, autrement les blogs étaient trop longs et c'était fastidieux de s'y retrouver. Comme son nom l'indique, vous ne trouverez ici que mon cinquième voyage au Japon (ainsi que premier en Corée et à Taiwan), de juillet à novembre 2010, mon voyage de 2011 en Chine (avec quelques jours au Japon à la fin), et mon retour au Japon en 2012. Pour les autres, voyez les liens.

La page d'accueil et blog en cours, dont les posts sont archivés sur un nouveau blog à chaque nouvelle année, est :
http://ebikutsushita.blogspot.com/

Aide à la navigation : les posts sont classés du plus vieux au plus récent sur tous les blogs.

lundi 30 août 2010

Neverending arcades

Je veux bien croire les guides de voyage qui disent que les arcades de shopping de Takamatsu sont les plus longues du pays. Je me suis baladée là-dedans depuis 10h30 ce matin (après être allée à la poste pour envoyer un colis à la maison pour libérer de l'espace dans ma valise, espace qui est déjà réutilisé à cause d'un imprévu), j'en suis ressortie à 14h00. Nadia était partie en vadrouille à la recherche du plus petit village possible sur la ligne de train, c'est pour ça que j'étais toute seule.


????? O___________O

Et petite photo de gens.


J'ai croisé de nombreux franponais (dont un magnifique "LA AIR" et "Petit Fleur" ).

dimanche 29 août 2010

Takamatsu

On a un peu changé le programme... au lieu de partir vers l'ouest, on est parties au sud. Sur l'île de Shikoku plus précisément. Takayama nous aura donné envie d'éviter les lieux trop touristiques le plus possible.

Tout d'abord, on a passé la moitié de la journée à Okayama, à se balader au bord du canal puis on a décidé de retourner au resto indien. On a appris de nouveaux mots français au serveur(qui, je le répète, est d'une gentillesse impressionnante) qui nous a offert un dessert après le repas d'ailleurs. Glace vanille et coulis de mangue. J'aime ce restaurant, je le vénère et on va peut-être y repasser même si c'est pas sur notre route, dans quelques jours.


Au milieu de l'après-midi on a pris le train qui passe sur l'un des ponts qui mènent à Shikoku. Cette mer intérieure est absolument magnifique avec une multitude de petites îles partout.

Puis, arrivée à Takamatsu, l'une des grandes villes de l'île.



très poétique

Ensuite, quatre autres choses à dire :

- Une malédiction m'est tombée dessus. Vous voyez ces "éventails" qui n'en sont pas, ces papiers tendus sur un truc arrondi, avec un manche ? Je préfère utiliser ça qu'un éventail, mais depuis début août j'en suis à mon quatrième. Et pourquoi ? Parce que je les oublie systématiquement dans les trains !! Je les coince dans le siège de devant pour libérer mes mains et je les oublie en partant ! Le troisième est en ce moment dans le train qui relie Takamatsu à Okayama...

- La chaleur aujourd'hui. Ces trois dernières nuits à Okayama, l'air conditionné ne marchait pas, on était obligées de le mettre au minimum (17°C) pour avoir un mini filet d'air et il faisait quand même entre 26 et 29°C dans la chambre. On crevait de chaud. Aujourd'hui, dehors, la chaleur était écrasante, mais on n'avait aucune idée des degrés. C'est quand on est arrivées à l'hôtel, qu'on a trouvé qu'il faisait très froid dans la chambre et qu'on a donc regardé le thermomètre, qu'on s'est rendues compte que la température extérieure devait être extrêmement élevée : oui, à 27°C dans la chambre, il faisait froid... Maintenant il fait 30°C parce que j'ai éteint l'air conditionné mais j'ai la chair de poule.

- Comment supporter d'être couverte de transpiration des pieds à la tête toute la journée ? En ayant vécu le Kenshin Festival. Ce jour-là, j'étais non seulement couverte de transpi mais aussi de graviers parce que j'étais assise par terre pendant la parade, de poussière pour la même raison, ainsi que d'herbe, de terre et d'insectes écrasés parce que j'étais assise dans la pelouse pour la reconstitution de la bataille... J'avais honte de voir Gackt en étant dans cet état.

- Mon équipement pour supporter la chaleur : des bouteilles d'eau ; une lavette pour m'essuyer le visage ; un petit linge autour du cou ; un spray à "semblant de neige carbonique" pour "geler" le petit linge de temps en temps ; un éventail qui n'en est pas un (quand je l'oublie pas dans le train...) ; un "collier d'eau" à mettre au congélateur avant usage (pas encore utilisé, je l'essaie demain) ; un parapluie pour servir d'ombrelle ; une casquette que je ne mets jamais parce que je préfère utiliser le parapluie, ça tient moins chaud au crâne. Ah, et bien sûr : je rase les murs, je reste à l'ombre le plus possible parce que le soleil brûle carrément, il chauffe pas seulement.

Ah, l'été japonais... Même la pluie est chaude et le vent n'a pas un fond frais.

samedi 28 août 2010

"There is no toilet beyond this point"

35°C depuis 2 jours (en tout cas ! On sait pas si c'était plus, ni si ça a pas commencé il y a un âge déjà !) et vu la météo ça a pas l'air d'avoir envie de descendre... C'est quand l'automne au Japon ? Il fait trop chaud !!

Matsue aujourd'hui. A 2h30 de train de Okayama, c'est une petite ville bien sympa mais tout était fermé... bizarre. Tout près se trouve "Daikonshima", l'île des daikon, et pour une raison que quelques-uns d'entre vous connaissent, ça m'a beaucoup fait rire et j'aurais voulu y aller.

A Matsue, il n'y a pas grand chose à faire, à part le château. La région par contre est probablement très intéressante mais on n'avait qu'une journée.

?? Oui et ? Dramatic sign is dramatic.

Le château donc... dedans, il y a beaucoup de choses exposées, dont des casques... il est noté sur une pancarte que chaque casque était unique et reflétait le caractère de son propriétaire... Premièrement, on a associé ça à Kaamelott, à l'épisode où ils mettent leurs casques à la table ronde. Deuxièmement... on se demande comment l'armée d'en face pouvait prendre au sérieux des gars qui portaient ce genre de trucs sur leur tête :




Ce qui suit a eu raison de mon genou et m'a fait me sentir comme une petite vieille qui devait s'accrocher à la rampe pour descendre.


Mouais, avant de montrer l'intérieur j'aurais peut-être dû commencer par le début :


Vue depuis le haut :

(on est restées très longtemps au sommet parce qu'il y faisait frais... enfin, il faisait du vent.)




(pardonnez l'air super inspiré du penseur. Je regarde dans le lointain parce que THE THICK FOG WILL COME AND ENGULF EVERYTHING (regardez Fuurin Kazan épisodes 48 à 50 il me semble... cette phrase est mythique et revient toutes les 3 minutes, et ils la disent d'un air méga inspiré(on a regardé ces épisodes avant le Kenshin festival pour se mettre dans l'ambiance... j'ai compris pourquoi j'avais jamais pu voir cette série jusqu'au bout tellement c'est LENT. On a bien ri.))) Fin des parenthèses multiples.

Petite ballade dans Matsue par la suite.



Ah et pis le manger :


Sur le chemin du retour nous avons eu un bel exemple de franponais écrit en grand sur une bannière accrochée à une maison, apparemment c'est le nom de l'agence immobilière... "CHAT MAISON"

vendredi 27 août 2010

La grosse nouille à la japonais

Le fou rire du siècle à cause de "le menu en le français" au restaurant.

3 pages comme ça c'était... mortel.


Alors pour commander ce qu'on voulait c'était terrible, j'avais peur d'ouvrir la carte (et chaque fois que je regarde ces photos j'éclate de rire).

Cette entrée sera donc écrite en conséquence.

Le programme de le jour :

Le château sur le colline en face du rivière et le grand et vert jardin avec trop soleil chaud.







(Voilà, maintenant je vais essayer d'arrêter de rire. Okayama c'est le bien.)

jeudi 26 août 2010

Le retour des yeux écarquillés

J'AIME OKAYAMA !

Aaah je pensais pas qu'être dévisagée partout me ferait autant plaisir, normalement ça me gonfle. Retour dans une grande ville qui, à première vue, a l'air franchement bien... et surtout, retour là où les japonais ont peu l'habitude de croiser des étrangers.

Aujourd'hui, on a donc fait un (long et chiant) trajet en train, de Takayama à Nagoya puis de Nagoya à Okayama.

Jusqu'à maintenant, depuis le 5 août on a fait ça :

Donc, à Okayama, on a cherché un restaurant et on a fini par dégotter une petite perle, un resto indien avec un serveur super gentil (Je regrette de pas rester plus longtemps ici, j'aimerais y retourner). Nourriture excellente. Les gens qui passaient à côté du resto et nous voyaient étaient très surpris, on se serait crues de retour dans les coins paumés.

Après manger, Nadia est allée se promener et je suis rentrée à l'hôtel en me perdant dans les souterrains de la gare avant tout. Et j'ai eu la bonne idée de dépasser trois mecs de 18~25 ans ; l'un d'eux a crié "OH !!!" et les deux autres se sont mis à parler très vite en me suivant dans la ruelle vide que j'avais empruntée, j'ai juste compris "merde elle est mariée elle a des bagues !"

... J'ai 3 bagues mais aucune au bon doigt de la bonne main ! Quel sens de l'observation. J'ai trouvé ça très marrant.

Coins pas trop touristiques je vous aime !

Dans l'ascenseur de l'hôtel il y a un tel exemple d'"engrish" qu'il faut absolument qu'on le prenne en photo... vous allez rire quand ce sera fait.

Edit : pour ceux qui suivent le RSS du blog, désolée mais vous avez reçu deux notifications appelées "Nagano" ou autre truc du style. Il ne s'agit pas de nouveaux posts mais j'ai simplement séparé le post du 22 août en 3.

mercredi 25 août 2010

Takayama, jour 3

Visite du Takayama Jinya. C'est bon pour l'inspiration...



On s'en fout de l'air débile il faut se protéger du soleil !






J'avais oublié de raconter qu'au Kenshin festival, les porteurs du char au début se sont arrêtés vers nous. On était l'attraction du moment, une petite vieille nous faisait de l'air en disant "il fait chaud hein !" pendant qu'ils buvaient tous des bières autour. C'était le "WTF Moment".

Demain on part pour Okayama (oui, le plan change complètement...)

mardi 24 août 2010

Takayama, jour 2

Edit : ze coup de gueule avant le début du post.

Ce soir, restaurant dans lequel on était déjà allées hier. Je commande des ramen et un petit okonomiyaki, Nadia commande un plateau de tempura. Le serveur - mignon d'ailleurs - prend notre commande sans problème. Commence l'attente (on a déjà remarqué qu'ils étaient un peu lents, hier), puis le plateau de tempura arrive. Je commence à avoir très faim, et le plateau est tout petit donc l'estomac de Nadia n'est pas content non plus. On attend, on attend... entre 45 minutes et une heure en tout, depuis notre arrivée. Je commence à être un peu fâchée. Et finalement le patron (?) vient vers nous et nous dit qu'on doit partir parce qu'il y a des gens qui attendent. ??????????????

J'étais tellement sur le cul que même si j'avais suffisamment parlé japonais pour ça, j'aurais rien pu dire. Ils ont tout simplement zappé ma partie de la commande. Donc c'est nous qui passons pour des connes d'être restées après avoir fini de manger (à part dans les izakaya on n'est pas censé rester à table au resto, on part quand on a fini).

Résultat ? Un estomac très vide (à peine soulagé par une croquette à la patate achetée sur le chemin du retour), et un énervement puissance mille.

Voilà. Retour au post du jour :

Il semble qu'éviter les touristes soit relativement facile. Les ruelles sont désertes (mais quand on croise quelqu'un, il s'agit très souvent d'un occidental).

Hier soir on a découvert que l'armoire de la chambre abrite non pas, comme on le pensait, des futons et des oreillers supplémentaires, mais une cuisine et un évier, apparemment pas utilisés depuis des lustres !

Aujourd'hui, à cause de la pluie de la nuit passée, l'air est humide et chaud ; c'est très désagréable. Je suis malade également, et le soleil n'a pas été d'une grande aide. Mais ce matin on est tout de même allées se promener. Nadia est repartie dans l'après-midi et elle s'est probablement fait rincer parce qu'il a plu encore une fois (elle n'est pas encore rentrée).

La lumière aujourd'hui était affreuse et les photos sont donc particulièrement moches.






lundi 23 août 2010

Takayama, premières impressions

Parlons donc d'aujourd'hui... Déjà, je crois que c'est le jour le plus épouvantablement chaud (et sec) qu'on puisse imaginer. On est parties dans les terres pour aller à Takayama. J'imaginais pas cet endroit tel qu'il est réellement et je suis déçue.
Bien sûr, de ce que j'ai vu, ça a l'air d'être une très jolie ville perdue dans l'immensity of green MAIS... c'est pas le Japon. On a été habituées aux endroits où il n'y avait que des japonais, où les enfants nous regardaient avec des grands yeux et la bouche ouverte, où les petits vieux nous abordaient, où les gens en général étaient curieux à notre sujet et chuchotaient en nous regardant, où personne ne parlait anglais, pas même le staff des business hotels... Le Japon loin du tourisme. Et on passe de ça à un Kyoto en miniature. Pourquoi je dis Kyoto ? Parce qu'à Kyoto, j'ai toujours l'impression d'être aux USA parce que j'entends plus parler anglais que japonais. Le nombre d'occidentaux est hallucinant et très déprimant. Notre auberge est située dans le temple Zenkoji, c'est une très bonne situation et une très bonne affaire pour tout le confort qu'on veut(presque) et un prix très bas... mais l'un des propriétaires nous l'a dit aujourd'hui : il y a 40 personnes qui logent ici cette nuit. 40 touristes qui n'ont pas une goutte de sang japonais. Dans une petite auberge très modeste.

Vous allez me dire que je fais partie de ces touristes. Oui, mais je viens pas au Japon pour rencontrer des gens de chez moi, ça m'ennuie plus qu'autre chose... C'est sympa quand il y en a juste un ou deux et qu'on se fait un signe en tant que "membre du clan des touristes dans les coins paumés" , mais quand ça grouille sur les trottoirs, non. Si je vais à Kyoto, je m'y attends et je fais avec, mais là, je savais pas...

Il fait tellement chaud que je me sens pas bien également ; le peu de minutes passées dehors aujourd'hui entre les gares ont dû me tuer le cerveau. Comme je dégoulinais de sueur, j'avais aucune envie de sortir mon appareil photo.

Edit pour ceux qui la connaissent : à la gare ce matin, à Takada plus précisément, j'ai rencontré par hasard amaiakuyume, dont je suis le blog avec intérêt mais qui ne me connaît pas du tout (enfin, de pseudo si, apparemment. Le monde de LiveJournal est restreint).

dimanche 22 août 2010

Kenshin Festival

Pardon pour ma façon d'écrire mais chaleur+soleil+Gackt c'est très mauvais pour le cerveau, assez pour me faire oublier des règles de grammaire ou de conjugaison.

La journée commence très fort : sur le chemin pour aller à la gare, un tuyau d'arrosage est posé sur le sol et au moment exact où on passe, un vieux (décidément !) l'allume sans réaliser qu'il était là. Et dans quelle direction se dirigeait le jet ? Nos chaussures. Haha.

Aujourd'hui, dans la région paumée où on va, les fans de Gackt sont de sortie. Partout, bracelets, bijoux, t-shirts, tout pour les reconnaître facilement. Le hall de l'hôtel est bien sympathique et tout prêt à accueillir tout ce petit monde (et pas que le hall de l'hôtel, la gare aussi et toutes les rues).


Photo du hall par Nadia :


C'est le Kenshin Festival ; normalement, Gackt n'a rien à y faire, mais depuis qu'il a joué Uesugi Kenshin dans une série de la NHK, il l'incarne pour beaucoup de gens. Cette année, c'est seulement la deuxième fois qu'il va participer à ce festival. Pour moi, c'est l'occasion non seulement de le prendre en photo en toute "légalité" et aussi de le voir habillé en samouraï, chose qui me fait fondre.


J'étais un peu stressée parce qu'il y a des gens qui sont arrivés super tôt ce matin pour être tout devant, et nous on s'est pointées à 13h environ. Heureusement, Nadia étant venue hier, elle connaissait la ville. Il n'y a PAS d'ombre. Le soleil est violent, je ne quitte pas mon parapluie. On trouve une place près d'un arbre. Apparemment, les gens ont réservé leur emplacement le matin avec des couvertures en plastique et ils sont partis après (comme c'est le Japon, personne ne va leur voler leur place). On s'est mises sur une des couvertures tout devant, à peu près à l'ombre, en attendant les propriétaires. On s'est réservé un petit espace derrière pour quand ils seront là. Mais le temps qu'ils arrivent, les gens à côté ont décidé de changer de place. Résultat, nous tout devant, sans s'être levées à l'aube pour ça. Yay !

L'attente a duré très longtemps. Surtout vu la chaleur. Ce "rassemblement" a été nommé, par Nadia et moi, "le pic nic des fans". C'était marrant à voir.


On a fait des petits tours à tour de rôle, je suis allée vers les stands pour acheter quelques trucs.


Il y en avait d'autres bien sûr.

La parade a commencé à 15h30 je crois,avec tout d'abord l'ouverture (les gens du village qui portent le... euh... le... mon cerveau est mort... le machin gros, lourd, avec plein de décorations qu'il y a pour chaque festival).


"O_o c'est quoi ça, c'est blond et ça me regarde !!"

ça a continué avec les "armées" ennemies de Kenshin, puis la sienne.



Et enfin, Dieu est apparu. Très vite, beaucoup trop vite, le cheval au galop, je sais pas si c'était prévu à la base(je pense pas, vu la tête des gens qui lui couraient après), on a rien compris. Heureusement il est repassé lentement après. Et désolée, mais je suis bien trop possessive avec mes photos. C'est moi qui suis morte de chaud et qui ai fait le trajet, pas vous. NA. ;)


(tu la sens ma fierté ? c'est l'unique photo que j'ai prise de lui. Je m'étais entraînée à faire des portraits dans la rue depuis juillet, et j'ai pressé sur le bouton sans regarder l'appareil, pour ensuite découvrir cette merveille (edit 6 ans plus tard: cette photo est toujours encadrée sur mon bureau))

Dès qu'il est passé, on marche très vite jusqu'au terrain où, dans une heure, la reconstitution de la bataille de Kawanakajima aura lieu. On se place dans un coin où ils ont amené un écran géant pour qu'on puisse suivre ce qui se produit devant (parce qu'il y a déjà énormément de monde), et en fait, on peut pas être mieux placées. Déjà, on a dans notre angle de vision le parking lointain sur lequel Gackt se prépare... et pendant la "bataille", il vient deux fois vers nous, dans le coin bien éloigné de tout.

Photos de Nadia, moi j'ai plutôt fait des vidéos (parce que les fans masculins qui hurlaient comme des fous quand il arrivait c'était à mourir de rire).




Puis, il a fallu aller attraper le train et, sur le quai, un type habillé en Jack Sparrow s'est pointé, l'air de rien, sans aucune raison pour s'être déguisé.

Et maintenant, on a faim.