Bienvenue !

Bienvenue sur "Kutsushita 10" (ou Chaussette 2010-2012).

Ce blog, ou archive, fait partie d'un réseau de blogs de voyage écrits par votre Seigneurie, Moua, j'ai nommé Vivi, passionnée par l'Asie et l'écriture. J'ai séparé mes voyages par années, autrement les blogs étaient trop longs et c'était fastidieux de s'y retrouver. Comme son nom l'indique, vous ne trouverez ici que mon cinquième voyage au Japon (ainsi que premier en Corée et à Taiwan), de juillet à novembre 2010, mon voyage de 2011 en Chine (avec quelques jours au Japon à la fin), et mon retour au Japon en 2012. Pour les autres, voyez les liens.

La page d'accueil et blog en cours, dont les posts sont archivés sur un nouveau blog à chaque nouvelle année, est :
http://ebikutsushita.blogspot.com/

Aide à la navigation : les posts sont classés du plus vieux au plus récent sur tous les blogs.

jeudi 29 septembre 2011

Région de la bouffe, partie 3

Au programme d'aujourd'hui, deux monastères sur le mont Emei. Le premier date de l'arrivée du bouddhisme en Chine et a été détruit plein de fois, résultat tous les bâtiments ont été reconstruits dans un autre style (Ming) et seul le bâtiment principal qui abrite une statue d'un bodhisattva sur un éléphant (grandeur nature) est original. On le reconnaît au premier coup d’œil parce qu'il donne l'impression qu'on vient de passer la frontière vers l'Inde.





 
Et le second monastère, que j'ai trouvé magnifique et qui a lancé Cody dans une tirade spirituelle + confidences :
Planches à vœux

 
Et retour à Chengdu, dans l'hôtel d'avant-hier. Sauf que cette fois, j'ai eu une tête qui a plu à la réceptionniste et elle m'a surclassée dans la suite business.
De l'autre côté de ça, j'ai un salon. J'ai deux télés à écan plat.


Anecdote amusante : en attendant le bus pour redescendre de la montagne, on a été harassés par des vieilles dames qui vendaient des souvenirs. Cody étant très timide et beaucoup trop respectueux de ses aînés, il n'a pas voulu les rembarrer et il me lançait des regards désespérés parce qu'il en avait 5 autour de lui et qu'il a fini par acheter plein de trucs. Plus tard, il m'a dit que c'est la même chose chaque fois qu'il vient. En même temps, il l'a un peu cherché. C'était tellement mignon que j'ai tout filmé.

mercredi 28 septembre 2011

Région de la bouffe, partie 2

 
Ceci est du sucre soufflé. C'est une belle merde à manger, mais c'est très joli. Où en trouver ? Dans la rue Jinli, bien sûr !
Probablement autant célèbre que la base des pandas, la rue Jinli est là où l'on trouve "l'ancienne Chine" de cette région. A cause des montagnes et des fleuves, Chengdu a été isolée pendant des millénaires, même pendant la période des 3 royaumes et c'est une ville et une région très différentes du reste du pays (je m'en suis d'ailleurs aperçue au premier coup d’œil, si vous lisez mon post d'hier sur mes premières impressions). Les gens de la région sont très fiers de leur "petit pays à l'intérieur d'un autre".

La rue Jinli, donc, est aussi la rue de l'artisanat et il y a plein de boutiques et de stands partout.


Ce truc est fait uniquement avec de la farine o_O






heureusement qu'il était 9h du matin sinon j'aurais tout mangé

Mon nouveau guide, Cody, est venu me chercher ce matin et vient de me déposer à mon hôtel après avoir visité cette rue et être partis dans la montagne. Entre temps, il m'a emmenée voir le Bouddha Géant, la plus grande sculpture du monde (je sais ce que les fourmis ressentent maintenant... un humain a la taille d'un ongle, étant donné que rien que son majeur fait 7 mètres de long).

Que dire de Cody ? Je suis maintenant persuadée que la condition pour être guide avec cette agence c'est d'avoir moins de 25 ans et d'être beau.Voyez vous-mêmes.

Après le Bouddha, je suis allée manger. Cody a choisi pour moi.
Des pommes de terre pour survivre aux épices du plat suivant...
Poulet façon Sichuan (attention aux piments...)

Me voici donc dans la montagne, dans un hôtel 5 étoiles perdu dans la forêt. Ma chambre est gigantesque et la salle de bains est fantastique. Je me réjouis du repas.
P.S : désolée pour la qualité des photos... A Chengdu, il pleut 200 jours par an et le reste du temps, il fait gris, alors pas de miracle.

mardi 27 septembre 2011

Région de la bouffe (et accessoirement, des pandas)

Me voici à Chengdu, dans la région du Sichuan (celle dont vous entendez parler ces jours à cause des inondations).

Contente d'avoir quitté Xi'an ? Oh que oui. Chengdu, c'est Tokyo numéro 2. Je me sens parfaitement chez moi ici et même s'il fait tellement moche qu'on ne voit pas à plus de 50 mètres, je sais déjà que si un jour je vis en Chine, ce sera soit Pékin, soit ici.

Circulation : moins chaotique qu'à Pékin, et loin de Xi'an l'Apocalyptique.
Pourquoi Tokyo numéro 2 ? Parce que c'est une ville moderne, très belle avec un grand soin apporté au paysage, des gratte-ciels vitrés, des écrans géants et des néons partout, des boutiques Samsung, Nokia, Vaio, Lenovo, Apple, Cartier, Vuitton etc. le long de chaque rue, des Starbucks tous les 3 mètres (j'ai même vu Carrefour !), des petites terrasses, des arbres... on ne voit que c'est la Chine qu'aux écriteaux et aux quelques vélos qui traînent des charrettes pleines de bois / charbon / matériel divers.
Chengdu est vieille de plus de 3000 ans et est encore aujourd'hui la ville la plus florissante du pays grâce au climat (il pleut tout le temps) et à ses deux immenses fleuves. C'est une ville très riche et ça se voit à chaque coin de rue (pays communiste, mon oeil). Ici, les gens passent leur temps à boire du thé sur les terrasses, c'est la ville zen.

Je n'ai pas encore visité, c'est mon aperçu de l'heure passée dans la circulation jusqu'à mon hôtel (4 étoiles, je suis au paradis. ça change d'hier où ma douche n'avait pas d'eau chaude, ma clim marchait aussi bien qu'une lampe sans ampoule et ma bouilloire ne voulait pas fonctionner).
Le matelas est mou ! JOIE ! Il faut savoir qu'en Chine, les matelas sont probablement les plus durs au monde et que ça fait des jours que je souffre beaucoup.

Je joue à la star et je fais venir le room-service...
Cette région est célèbre mondialement pour la nourriture, mais préparez beaucoup d'eau et de riz pour survivre car c'est très épicé (mes bouteilles d'eau sont de nouveau de la marque C'estbon, mais elles sont différentes). Il y a d'ailleurs un truc international de nourriture ici, ces jours.
Que fais-je ici, à part manger et me prélasser dans le luxe ? Je suis juste là pour dormir cette nuit, à vrai dire, car demain je pars dans la montagne (et vers un hôtel 5 étoiles cette fois). Après-demain, je reviens, et le jour suivant, j'irai voir les pandas avant d'attraper un avion pour Guilin.
A propos d'avion, celui d'aujourd'hui a été particulièrement fatiguant avec les 2 heures de retard + la tempête à traverser + le voisin de siège puant qui prenait toute la place en s'étalant bien comme il faut.

dimanche 25 septembre 2011

*rampe vers son lit en bâillant*

Vous l'aurez deviné, je suis totalement, complètement épuisée. Mais j'essaie de retrouver un peu d'énergie en grignotant, puisque ça va faire 29 heures que la seule chose que j'ai mangée a été une pomme.

Alors, premièrement, racontons mon dernier jour à Pékin :

La journée a commencé à 10h quand William est venu me chercher à l'hôtel pour m'emmener au temple du Lama, un très beau complexe bouddhiste dans lequel il y a une statue de 27 mètres de haut (oui oui, dans un bâtiment... plus je découvre la Chine, plus je me dis que c'était vraiment des gros mégalos).



L'arrêt suivant était le tour d'un hutong.

Les hutong (quartiers, en fait) sont l'ancienne Chine, si on veut savoir comment c'était d'y vivre avant la révolution, il faut y aller. La plupart ont été détruits par le gouvernement pour mettre des immeubles à la place. Celui où je suis allée est conservé et le restera.
On m'a fait monter dans un pousse-pousse tiré par un cycliste, William m'a laissée aux mains d'un autre guide qui suivait en vélo derrière. Ce hutong est magnifique et le frandarin est mémorable.



On a commencé par visiter la tour des tambours (arrivant pile pour les 5 minutes de performance, ça c'est du timing). Cette tour et celle d'en face, la tour de la cloche, étaient utilisées pour donner l'heure. Les tambours le jour, la cloche la nuit (toutes les heures. Habiter à côté ça devait être très chiant). Une chose à dire : ESCALIERS !


Vous voyez le bâtiment touuuut au fond sur la colline ? C'est de là que j'ai pris la vue sur la Cité Interdite mercredi.
 La tour est en ligne droite parfaite avec la Cité Interdite et la tour de la cloche. Pendant la guerre, les japonais ont détruit tous les tambours, il en reste juste un en lambeaux... ils avaient plus de 600 ans ces trucs. Maintenant, il y en a des nouveaux, pour les touristes.

Le reste du tour m'a fait voir une maison magnifique, la dernière à posséder un jardin. Elle appartient à la même famille depuis 8 générations ; c'est une famille riche, ils sont artistes (célèbre, pour le dernier) de père en fils et ils ont un oiseau qui dit nihao. Pendant la révolution, le gouvernement a saisi toutes les propriétés, et c'est une des seules familles qui a pu la récupérer. On peut repérer les maisons privées et celles qui n'ont pas été rendues par le caractère inscrit au-dessus de la porte. Si c'est "私", c'est privé (en japonais ce signe veut dire "je", donc j'aurais pu deviner sans que la guide m'explique).
Vu dans une vitrine de magasin de céramique...


Le jardin de la famille

Parmi ces peluches, il y en a une que je veux et que j'aurai la prochaine fois que je la verrai. Devinez laquelle ?

Petit détail aussi : vous savez pourquoi toutes les maisons chinoises ont un seuil ?
C'est parce que les esprits n'ont pas de genoux, donc ils peuvent pas entrer si y a un seuil. Cette croyance est aussi conne que celle du fantôme qui a un œil à place de l'anus (légende japonaise).

Ensuite ? Le palais d'été, mais sans oublier notre arrêt McDo parce que William(oui, entre temps il m'a récupérée au hutong) avait autant faim que moi. Normalement, les guides n'ont pas le droit de manger avec les clients mais il a dit qu'il s'en fichait parce qu'il avait envie qu'on mange ensemble. On n'a pas vraiment parlé du lieu pendant la visite, on s'est raconté nos vies. Bon, je sais quand même l'essentiel, le lac était utilisé pour l'entraînement des navires de guerre, les arcades ne pouvaient être empruntées que par la famille royale et il y a une peinture différente tous les 3 mètres.


Pour finir, on m'a emmenée à la gare (la plus grande d'Asie et je regrette de pas avoir pris de photo. Je trouvais que celle de Kyoto était un délire mégalo mais alors là... celle de Kyoto est encore au bac-à-sable).
5 heures d'attente pour mon train. Train couchette, je partageais la cabine avec trois chinois : deux hommes et une femme, et on devait être la cabine la plus silencieuse de tout le wagon. On a tous dormi d'une traite.
Le train a mis plus de 14h pour arriver à Xi'an, la première capitale de la Chine et l'une des villes les plus anciennes du monde (si ce n'est la plus ancienne).
J'ai rencontré ma nouvelle guide, Katie, qui m'a fait voir les guerriers de terre cuite, la pagode et le mur de la ville.
 
Je savais pas que chaque statue faisait 1m80... je croyais qu'elles étaient petites !
Le meilleur Engrish au monde !







 
Et maintenant je suis en train de lutter pour garder les yeux ouverts.