Bienvenue !

Bienvenue sur "Kutsushita 10" (ou Chaussette 2010-2012).

Ce blog, ou archive, fait partie d'un réseau de blogs de voyage écrits par votre Seigneurie, Moua, j'ai nommé Vivi, passionnée par l'Asie et l'écriture. J'ai séparé mes voyages par années, autrement les blogs étaient trop longs et c'était fastidieux de s'y retrouver. Comme son nom l'indique, vous ne trouverez ici que mon cinquième voyage au Japon (ainsi que premier en Corée et à Taiwan), de juillet à novembre 2010, mon voyage de 2011 en Chine (avec quelques jours au Japon à la fin), et mon retour au Japon en 2012. Pour les autres, voyez les liens.

La page d'accueil et blog en cours, dont les posts sont archivés sur un nouveau blog à chaque nouvelle année, est :
http://ebikutsushita.blogspot.com/

Aide à la navigation : les posts sont classés du plus vieux au plus récent sur tous les blogs.

samedi 7 juillet 2012

Message rapide

Je suis bien arrivée à Osaka hier soir après maintes occasions de stresser (avion retardé puis pas retardé, arrivée tardive quand même donc plus de train et pas question de payer 20'000 yen de taxi, réussi à trouver un métro qui allait jusqu'à Osaka eki et il y avait une dernière connexion possible mais ce train a décidé d'être super en retard, donc finalement taxi jusqu'à l'hôtel de Shin-Osaka, hôtel introuvable heureusement le chauffeur a éteint la machine qui fait augmenter le prix... pfiou !).
Ce matin, j'ai retrouvé V., une fille rencontrée à Berlin l'été dernier et qui venait passer le week-end à Osaka. On a passé la journée dans les arcades de Shinsaibashi, entre jeux débiles (les tambours sur lesquels il faut frapper en rythme avec une musique, façon Dance Dance Revolution), UFO catchers (ces machines à pince qui attrapent des peluches / chocolats / Wii (oui, au Japon ils mettent des consoles de jeux dans ces trucs), et Purikura (photos modifiables sur un écran), on a eu beaucoup de moments propices aux éclats de rire.
Et Shinsaibashi, même si j'y suis allée plusieurs fois, a encore des Franponais en réserve pour moi !




c'est ça, les Purikura



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire