Bienvenue !

Bienvenue sur "Kutsushita 10" (ou Chaussette 2010-2012).

Ce blog, ou archive, fait partie d'un réseau de blogs de voyage écrits par votre Seigneurie, Moua, j'ai nommé Vivi, passionnée par l'Asie et l'écriture. J'ai séparé mes voyages par années, autrement les blogs étaient trop longs et c'était fastidieux de s'y retrouver. Comme son nom l'indique, vous ne trouverez ici que mon cinquième voyage au Japon (ainsi que premier en Corée et à Taiwan), de juillet à novembre 2010, mon voyage de 2011 en Chine (avec quelques jours au Japon à la fin), et mon retour au Japon en 2012. Pour les autres, voyez les liens.

La page d'accueil et blog en cours, dont les posts sont archivés sur un nouveau blog à chaque nouvelle année, est :
http://ebikutsushita.blogspot.com/

Aide à la navigation : les posts sont classés du plus vieux au plus récent sur tous les blogs.

lundi 2 juillet 2012

On file au Nord !

Dans l'avion, un seul écran, et dessus, une émission qu'on peut entendre si on met nos écouteurs. Une heure et demi de documentaire sur la fabrication des anses de théières. Avec intervention et interviews de passionnés... Ouais. Des passionnés d'anses de théières. Excusez-moi, je pense que je vais plutôt écouter ma musique. Seul avantage de cette émission : l'apparition furtive d'un Franponais, un magasin nommé « le bec ».

A peine descendue de l'avion, j'ai eu droit à une heure d'attente sur un quai de gare désert. C'était l'occasion pour moi de découvrir que question climat, cette région est un peu à part... J'arrivais de Kyûshû, j'avais un petit débardeur, un short et c'est tout. Autour de moi, les gens portaient des pulls. Je vous dis tout de suite qu'attendre mon train pendant une heure dans ces conditions, ça a pas été très agréable. La pluie, façon crachin breton, m'a suivie depuis Fukuoka mais s'est arrêtée assez vite.

Mon train était plein à craquer, j'ai donc passé les presque deux heures du trajet debout dans le couloir à tenter d'apercevoir le paysage par la petite fenêtre de la porte.

Mes premières impressions ? Froid, venteux, pluvieux, plein de sapins... serais-je de retour chez moi ?

Mon train, puis mon taxi, m'ont amenée jusqu'à Toyako Onsen, une toute petite ville au bord du lac Toya, lieu hautement volcanique. J'ai été accueillie à bras ouverts, étant la seule cliente de l'hôtel (on est en semaine et encore en basse saison), et on m'a donné une chambre magnifique avec vue sur le lac. Cet hôtel est un ryokan, une auberge traditionnelle, et j'ai galéré pour le trouver car je voulais absolument Internet et l'air conditionné (dont je n'ai finalement pas besoin du tout ! *enfile son pull* ). Internet est peu courant dans les ryokan. Si j'étais pas toute seule, ça serait pas un soucis, mais là c'est pas possible.

A peine installée, j'ai eu la visite d'une dame qui m'apportait un yukata (kimono d'été). J'ai pas trop compris et ça m'a fait rire, parce qu'elle n'a pas fait que de me l'apporter, oh non ! Elle m'a attrapée par le bras, m'a passé le yukata sur les épaules pour évaluer la longueur et la largeur, puis me l'a enlevé et m'a fait signe d'aller au milieu de la pièce. Elle me l'a remis ensuite, tout bien, avec la ceinture, et même avec le manteau traditionnel qui va avec. Puis elle est partie, satisfaite.

Comme il était déjà tard quand je suis arrivée, j'ai décidé de garder les points d'intérêts du lac pour demain. J'ai pris le chemin qui longe le lac, j'ai marché une heure, puis je suis revenue à l'hôtel en passant par la ville qui est vraiment déserte. Les magasins sont ouverts mais il n'y a personne dedans, même pas un propriétaire !





Ça me fait penser à Hirosaki il y a deux ans, c'était tout à fait la même ambiance. Bon, Toyako Onsen c'est plus joli.

Ce soir j'ai eu droit au repas dans ma chambre. Au menu, shabu-shabu (fondue japonaise), sashimi, alevins à la fleur de cerisier (THE FOOD HAS EYES !), udon, saumon en croûte, coquille St-Jacques, mentaïko, tofu, riz, gelée de thé vert, soupe miso aux champignons, et plein d'autres trucs.



2 commentaires:

  1. Mais par où es-tu passée à Hirosaki pour y retrouver la même ambiance qu'à Toyako ?? @_@ Bon, on est bien d'accord qu'il n'y a pas foule mais quand même, Hirosaki reste une ville avec un centre, des family restaurant ouverts toute la nuit,... Toyako, de ce dont je me souviens, c'est vraiment le hameau de campagne, désert et calme comme tu le précises. Et pourtant, j'y étais (par hasard) le jour du feu d'artifice estival ! Je réitère donc ma question : qu'as-tu fait et où es-tu allée à Hirosaki ?? C'était en hiver ou quoi ? ^^;

    RépondreSupprimer
  2. Alors à Hirosaki je me pose la question : c'était un samedi, milieu du mois d'août. Rien, personne, pas un magasin ou un resto ouvert à part le Tomato Jr, trouvé après plusieurs heures de recherche... et pourtant on a marché dans toute la ville !

    RépondreSupprimer